ConnexionConnexionInscription
B E A D G
148 connectés Aller à Sweepyto Guitare

Devenir bassiste professionnel

#1
27/05/2018 09:46:42

Bonjour, 

 

Je présente ma situation, Thomas 22 ans (certains ici se souviendront du noob de 14 ans ahah)

Je suis dans une situation disons moyen précaire (milieu hospitalier), et je me démène comme une bête pour essayer de gagner un tant soi peu de reconnaissance mais j'ai bien l'impression que c'est peine perdu.

Un bon matin devant un café, je me suis dit, quitte à te démener comme une bête à faire 55/60 heures pour un métier dit conventionnel et bien vu dans les repas de famille, pourquoi ne fais-tu pas ce que tu sais faire de mieux, jouer de la basse ! 

 

Je me demande donc (sans jugement entre vous) si quelqu'un suivait un parcours professionnalisant de près ou de loin au milieu de la musique et de la basse ! 

Si il y a des intermittents du spectacle, plus précisement interprète ou compositeur studio (bassiste) votre point de vue m'intéresse. 

Je souhaite avoir toutes les armes en main pour faire un choix libre et éclairé, ce qui je pense est un gros problème dans l'orientation post bac, plus orienté pour remplir des branches dans le besoin, que de réellement guider les étudiants à s'épanouir professionnellement. (je digresse)

 

Je pense que les questions viendront au fur et à mesure de la conversation.

Merci à vous 

Bassistiquement Thomas 

0
+1
#2
28/05/2018 09:18:47
Salut,
Je crois que le MAI de Nancy est un des cursus le plus reconnu :
Dans ta situation, je ne sais plus comment sa se passe maintenant, mais de mon temps au bout de quelques années de travail dans une boite, tu avais droit à un congé formation (De mon temps l'organisme s’appelait le Fongecif) . L'entreprise paye une partie de la formation, et toi le reste, mais surtout continue de te verser un salaire pendant un an . Bon moi j'ai fait ça il y a 25 ans lol, alors je ne sais pas quelle sont les règles actuelles, renseigne toi.
0
0
#3
28/05/2018 09:36:51

Pour devenir pro (et je parle sans rien savoir   ), je pense qu'il faut :

- être capable de repiquer d'oreille

- être capable de lire un portée

- avant d'être un monstre de techniques diverses et variées, maîtriser les bases, et être d'une redoutable précision dans son phrasé, son tempo.

- être quelqu'un de cool à vivre au quotidien

- avoir, ou se créer et garder un réseau actif dans le domaine de la musique

- être démerdard, routard et mobile.

- bosser

 

 

Chaque point est pour moi indispensable. Une école de permettra sans doute de progresser ou de consolider les 3 premiers. Si tu prends une école réputée type MAI ou American School of Music (ou Berkeley tant qu'à faire   ), elle t'apporterait sans aucun doute le réseau. Pour les autres, il n'y a que toi qui puisses savoir si tu es bon pour le service. Ha! parler anglais ça peut aider aussi je pense.

 

et enfin, pour être à peu près sûr d'en vivre correctement, être pédagogue (pour donner des cours) et composer sont des plus indéniables.

 

si tu causes un peu le british, Janek Gwizdala, a écrit un bouquin de conseils pour devenir pro (ou en tout cas, comment bien vivre en étant musicien professionnel). Je ne l'ai pas lu mais pour suivre un peu ses Vlogs, le mec sait de quoi il parle.

0
+2
#4
29/05/2018 08:08:58
Salut,
Je confirme ce qui vient d'être dit par Guyal
Deux choses importantes dans l'intermittence ( pour rappel : 43 cachets en 12 mois)
- Développer et faire vivre un réseau de musiciens/programmateur (sortir / rencontrer des musiciens/faire des boeufs)
- Faire du démarchage.
- Etre quelqu'un de cool !
- Etre touche-à-tout (montage audio / vidéos)
Si tu joues ces cartes dès le début, tu gagneras la confiance de ton réseau. Et donc, plus de chances d'être engagé dans de nouveaux projets, donc plus de cachets....
Ce n'est pas un dogme (certains arrivent à être intermittent sans démarcher; ils sont alors très bon et très sympa), mais ca peut te donner des pistes.

Pour finir, je ne parle même pas de technique et pratique instrumental. Tu dois maitriser pleins de style, travailler sans cesse, pour gagner en technique et développer ton propre style.
En tout cas, c'est un très bon choix :-)
0
+2
#5
29/05/2018 09:44:02

Merci Les Copains c'est bien précis comme explication ! Je sais qu'il est possible par Pole emploi de se faire finance la EF2M de Lille par exemple, pour la MAI je ne sais pas encore. Je pense qu'il est primordial d'être sur Paris par la suite ? c'est le bas que les réseaux sont le plus important . 

Il faut que je travail ma théorie, je ne suis pas pédagogue du tout (au jour d'aujourd'hui) et je prend encore trop de temps pour tout faire à l'oreille, lire des phrasés. 

Merci àvous 

0
0
#6
29/05/2018 10:29:26

Salut ! 

 

Je voulais juste rajouter un point que je trouve important et qui a été un peu évoqué par Guyal : énormément de musiciens pro sont aussi professeurs de musique (soit dans une école, soit dans des cours particuliers). C'est un moyen assez facile de gagner de l'argent et donc de réduire le principal problème de ce genre de métier : l'aspect financier. Je suis moi même prof de basse et de guitare, j'ai croisé un paquet de pros et la plupart donnent des cours, c'est presque un passage obligé : vivre de la musique en ne faisant que jouer, c'est rare et vraiment pas donné à tout le monde, sauf à être vraiment excellent (et encore).

 

La perspective de donner des cours te paraît-elle bien ? Si oui, tu pourrais déjà commencer à faire une transition en cherchant des élèves, sachant que tu n'en auras pas 30 en une année. Personnellement j'aime vraiment bien donner des cours, ça me permet de bosser ma basse, revoir les bases (qui parfois ne sont pas aussi bien acquises qu'on le pensait) et surtout ça me permet de ne pas courir après les cachets (démarchages permanents, jouer dans des groupes pas ouf juste pour faire des dates, etc). La pédagogie s'apprend, ne t'inquiète pas !

 

Beau projet en tout cas ! J'espère que tu y arriveras !  

0
+1
#7
29/05/2018 13:05:59
Il y a une dizaine d'années je prenais des cours de basse, et le prof en question donnait aussi des cours au conservatoire. Mais sa source de revenus principale était un groupe de bal qui tournait tous les weekends dans toute la France. Les musiciens du groupe habitaient dans le quart Sud Est et ne répétaient jamais ensemble, ils mettaient en place les nouveaux morceaux pendant les balances (ça donne une idée du niveau ...). Donc niveau disponibilité et vie de famille, c'est chaud ...
0
0
#8
30/05/2018 08:58:31
?
Zygozik

Salut ! 

 

Je voulais juste rajouter un point que je trouve important et qui a été un peu évoqué par Guyal : énormément de musiciens pro sont aussi professeurs de musique (soit dans une école, soit dans des cours particuliers). C'est un moyen assez facile de gagner de l'argent et donc de réduire le principal problème de ce genre de métier : l'aspect financier. Je suis moi même prof de basse et de guitare, j'ai croisé un paquet de pros et la plupart donnent des cours, c'est presque un passage obligé : vivre de la musique en ne faisant que jouer, c'est rare et vraiment pas donné à tout le monde, sauf à être vraiment excellent (et encore).

 

La perspective de donner des cours te paraît-elle bien ? Si oui, tu pourrais déjà commencer à faire une transition en cherchant des élèves, sachant que tu n'en auras pas 30 en une année. Personnellement j'aime vraiment bien donner des cours, ça me permet de bosser ma basse, revoir les bases (qui parfois ne sont pas aussi bien acquises qu'on le pensait) et surtout ça me permet de ne pas courir après les cachets (démarchages permanents, jouer dans des groupes pas ouf juste pour faire des dates, etc). La pédagogie s'apprend, ne t'inquiète pas !

 

Beau projet en tout cas ! J'espère que tu y arriveras !  

 C'était l'idée j'ai déjà commencé   

?
tofe
Il y a une dizaine d'années je prenais des cours de basse, et le prof en question donnait aussi des cours au conservatoire. Mais sa source de revenus principale était un groupe de bal qui tournait tous les weekends dans toute la France. Les musiciens du groupe habitaient dans le quart Sud Est et ne répétaient jamais ensemble, ils mettaient en place les nouveaux morceaux pendant les balances (ça donne une idée du niveau ...). Donc niveau disponibilité et vie de famille, c'est chaud ...

 Je comptais pas en avoir dans un premier temps  

0
0
#9
30/05/2018 09:51:32

Bassiste pro , c'est jouer avec une fiche de paye , c'est tout (tout au long de l'année )

le niveau importe peux (un minimum quand meme ).

 

tout dépend le style de basse que tu veux pratiqué pour y arrivée , 

il te faudra plus de temps pour devenir bassiste de "jazz fusion" que de faire du " rock " par exemple.

tu peux etre pro en faisant du bal aussi, ce sera plus rapide .

ce sont juste des exemple que je cites bien sur....

bon courage 

 

0
+1
#10
30/05/2018 10:38:46
?
bigyouth

Bassiste pro , c'est jouer avec une fiche de paye , c'est tout (tout au long de l'année )

le niveau importe peux (un minimum quand meme ).

 

tout dépend le style de basse que tu veux pratiqué pour y arrivée , 

il te faudra plus de temps pour devenir bassiste de "jazz fusion" que de faire du " rock " par exemple.

tu peux etre pro en faisant du bal aussi, ce sera plus rapide .

ce sont juste des exemple que je cites bien sur....

bon courage 

 

 Tout à fait ça parait logique ! 

Je suis sur Strasbourg donc niveau culture je suis servi, y a des opportunités à saisir ! 

0
0
#11
30/05/2018 12:36:06
Si tu veux y arriver, il te faut une cort gb74 ;)
0
+3
#12
30/05/2018 16:11:06
?
Wario
Si tu veux y arriver, il te faut une cort gb74  

 En voyant que tu as commenté je me suis dit je vais faire une blague sur la GB74   mais bon trop tard ! 

Je kiffe tellement cette basse aussi   j'ai construit la mienne sur une base de GB74 micros inversés - en full EMG active Frène - érable 

0
0
#13
30/05/2018 19:54:57

le sujet a était abordé souvent , faut juste retrouver  le titre du sujet  ou rapprochant  avec le fonction recherche ..  

 

vite fait comme ça

 

https://www.slappyto.net/Forum-Basse/Topic-Basse.aspx?id=9395 #!

 

https://www.slappyto.net/Forum-Basse/Topic-Basse.aspx?id=11495

 

vivre de la musique ?  ça reste vaste  ,  faire du baluche , donner des cours  , se faire les pianos bars qui payent encore   etc...  

 

j'ai tenté le truc , il y a fort longtemps  ,  ce que j'ai pu remarquer , c'est que via  une école  , tu rencontre du monde , via cette école  tu vois que le grattin   reste dans un  cercle " familial "  ,  que même en ayant fait berklee , tu pouvais jouer dans une pizzeria  , que les écoles   te forme , mais il faut du talent pour se faire remarquer  ..  taper le bœuf sur paris ,  était tout sauf de la musique avec des musiciens   etc...

 

donner des cours ?   faut un bon   recul sur les choses , et avoir du bagage coté  groupes  ..

 

sinon ,  donner des cours , et humainement   terrible  ...  ça fait effectivement poser des questions  , ou ça fait faire des tilts  , après , si on te demande à quoi sert de bosser les modes , faut avoir la réponse   

0
0
#14
31/05/2018 14:36:11

approchant la 50e, je m' aprecois que les bons bassistes galères seuls quelles élus s'en sorte

tres difficile de vivre de son art même en étant un monstre..

la musique n'apprend pas le business hélas il y'en a qui déguste dans le milieux

c'est bien d'avoir un métier cela dit qui peu t’apporter qq choses de financier en fin de mois

 

 meme que certain qui on apris tout seul sans etre des supers techniciens s'en sorte correctement, cours , date de baloche, 

 

donc toujours un débat compliqué, il y'a peu de place la concurrence est sauvage,

si a coté de la musique tu peu avoir un metier en roue de secours c'est bien , 

et si tu veux avoir une famille soit t'oublie, soit ta une femme conciliante qui peu t'attendre plusieurs semaine sans te prendre la tete

 

pour finir bientôt pour jouer dans une pizzeria va falloir payer d'ailleur

et puis bassiste qui n'en veux ? alors qu'un DJ il fait tout sans déranger les voisins

dur le monde du bassiste

 

je pense que le mot professionnel est usurpée le bassiste ne sort pas d'une ecole professionnel mais c'est le professionnalisme qui vient a toi et non le contraire, enfin des pro que je connais, leur salut (financier) finalement à été de donner des cours en école d'état

 

le ratio "musicien j'aimerais vivre de mon art"  et "Elu / je vis de mon art" est du style 95 - 5% (et encore je dois etre large)

 

et je parle pas des intermitant qui sont dans des galere financiere pas possible, le mot musicien en 2018 peu etre remplacé par galérien

sans etre péjoratif

 

en tout cas un grand respect et chapeau a ceux qui arrive à vire de leur art

mais quand on veux on peu ca c'est certain, mais les concessions sont a la hauteur de l'objectif,

 

 

 

 

 

 

0
+1
#15
31/05/2018 15:38:42

Salut mec,

Je m'appelle Thomas, j'ai 22 ans et je suis bassiste aussi ! Drôle de coïncidence lol.

 

Moi aussi je veux vivre de la musique et être intermittent. Pour t’expliquer vite fait ma situation j'ai actuellement deux groupe (un groupe funk/soul de reprise et un groupe de bal), c'est très récent et à eux deux j'ai une bonne trentaine de dates de prévus et peut-être que d'autres vont tomber. Toute les dates sont déclarés. A côté je suis chez mes parents et j'ai un mi-temps en tant que livreur de pub (tu peux aménager tes horaires comme tu veux quasiment donc c'est cool pour les répètes et tout). 


De septembre 2015 à juillet 2016 j'ai fait un an au MAI et je peux te dire que ça envoie, tu bosses et c'est cool (le prêt bancaire que j'ai fait est lui moins cool par contre lol). Tu apprend a jouer différents styles, le groove, l'impro, etc... Tu apprend à lire ou du moins a déchiffrer une parto, tu apprend l'harmonie, le solfège... Bref c'est cool, mais faut s’accrocher ! A la moitié de l'année la moitié des élèves ne venais quasiment plus en cours (je n"était pas dedans) ! C'est une super expérience mais par contre ca va juste t'aider a progresser en gros, tu sort de l'école tu n'auras pas forcément du boulot. Après j'ai eu Jean Bisello en prof et bien d'autres, j'ai pu faire une vidéo dans bassmag (hommage à Prince, dispo sur youtube), rencontrer Damien Schmitt (masterclass) et pleins d'autres trucs géniaux. 


Quand je suis revenus chez mes parents j'ai passé deux mois sans rien et puis j'ai eu vent d'une audition d'un groupe de bal par le biais d'un musicien d'un des groupe de mon père (qui est batteur) qui lui même l'avait entendu d'un autre musiciens, etc... Le groupe de soul ça fait que six mois que je suis dedans grâce à une annonce internet, et crois moi les annonces pros (qui veulent jouer déclarer) il y en a pas partout sur internet. Donc là actuellement je cherche a combler les dates qu'il me manque mais je reste positif.

 

Après si tu rêves de devenir le prochain Marcus Miller c'est encore plus dur bien évidemment. Quand j'ai vu Mohini Dey en vidéo au Namm 2018... j'ai essuyé la bave qui me coulait de la bouche tellement j'étais sur le cul et puis j'ai pas arrêté de taffer ma basse plus de 5h heures par jour pendant toute une semaine (ah la motivation). Bref en gros la faut être le meilleur des meilleurs et avoir beaucoup de bol. Et puis pour la musique qui ne plait pas a tout le monde en bassiste francais connus, ou du moins avec de la notoriété et qui joue de la musique genre fusion il y a Shob mais lui déjà il fait des dates genre en Allemagne ou ailleurs car il dit lui même qu'en France la musique c'est mort. Et le gars fait quasiment tout tout seul (il doit bien y avoir des gens qui l'aide bref t'as compris l'idée).

 

Donc voila en gros si tu veux vivre de la musique en France c'est intermittence et être prêt a accepter des projets qui te plaise pas forcément. Moi j'ai eu de la chance, même mon groupe de bal j'aime car j'ai pu apprendre a jouer des trucs que j'avais jamais joué. Après c'est pas non plus ce que je préfère. Et pour l'autre groupe je kiffe. J'ai un pote chanteur intermittent qui m'a fait tout un speech sur le fait que pour être intermittent il faut être prêt a jouer des trucs que l'on n'aime pas, je pense qu'il exagère un peu t'as toujours moyen de trouver un truc que tu apprécie tout au plus. Désolé mais si je pouvais vivre tranquille en jouant du Calogero je préfère encore livrer des pubs, c'est ma mentalité.

 

Voila j'ai fini mon pavé!

0
0
#16
31/05/2018 23:39:12
?
pat

le sujet a était abordé souvent , faut juste retrouver  le titre du sujet  ou rapprochant  avec le fonction recherche ..  

 

vite fait comme ça

 

https://www.slappyto.net/Forum-Basse/Topic-Basse.aspx?id=9395 #!

 

https://www.slappyto.net/Forum-Basse/Topic-Basse.aspx?id=11495

 

vivre de la musique ?  ça reste vaste  ,  faire du baluche , donner des cours  , se faire les pianos bars qui payent encore   etc...  

 

j'ai tenté le truc , il y a fort longtemps  ,  ce que j'ai pu remarquer , c'est que via  une école  , tu rencontre du monde , via cette école  tu vois que le grattin   reste dans un  cercle " familial "  ,  que même en ayant fait berklee , tu pouvais jouer dans une pizzeria  , que les écoles   te forme , mais il faut du talent pour se faire remarquer  ..  taper le bœuf sur paris ,  était tout sauf de la musique avec des musiciens   etc...

 

donner des cours ?   faut un bon   recul sur les choses , et avoir du bagage coté  groupes  ..

 

sinon ,  donner des cours , et humainement   terrible  ...  ça fait effectivement poser des questions  , ou ça fait faire des tilts  , après , si on te demande à quoi sert de bosser les modes , faut avoir la réponse   

 Oui mais je préfère une réactualisation, le milieu change, les lois changent, les ambitions et le marché également d'ou mon poste !

?
thomasphonic

Salut mec,

Je m'appelle Thomas, j'ai 22 ans et je suis bassiste aussi ! Drôle de coïncidence lol.

 

Moi aussi je veux vivre de la musique et être intermittent. Pour t’expliquer vite fait ma situation j'ai actuellement deux groupe (un groupe funk/soul de reprise et un groupe de bal), c'est très récent et à eux deux j'ai une bonne trentaine de dates de prévus et peut-être que d'autres vont tomber. Toute les dates sont déclarés. A côté je suis chez mes parents et j'ai un mi-temps en tant que livreur de pub (tu peux aménager tes horaires comme tu veux quasiment donc c'est   pour les répètes et tout). 


De septembre 2015 à juillet 2016 j'ai fait un an au MAI et je peux te dire que ça envoie, tu bosses et c'est   (le prêt bancaire que j'ai fait est lui moins   par contre lol). Tu apprend a jouer différents styles, le groove, l'impro, etc... Tu apprend à lire ou du moins a déchiffrer une parto, tu apprend l'harmonie, le solfège... Bref c'est  , mais faut s’accrocher ! A la moitié de l'année la moitié des élèves ne venais quasiment plus en cours (je n"était pas dedans) ! C'est une super expérience mais par contre ca va juste t'aider a progresser en gros, tu sort de l'école tu n'auras pas forcément du boulot. Après j'ai eu Jean Bisello en prof et bien d'autres, j'ai pu faire une vidéo dans bassmag (hommage à Prince, dispo sur youtube), rencontrer Damien Schmitt (masterclass) et pleins d'autres trucs géniaux. 


Quand je suis revenus chez mes parents j'ai passé deux mois sans rien et puis j'ai eu vent d'une audition d'un groupe de bal par le biais d'un musicien d'un des groupe de mon père (qui est batteur) qui lui même l'avait entendu d'un autre musiciens, etc... Le groupe de soul ça fait que six mois que je suis dedans grâce à une annonce internet, et crois moi les annonces pros (qui veulent jouer déclarer) il y en a pas partout sur internet. Donc là actuellement je cherche a combler les dates qu'il me manque mais je reste positif.

 

Après si tu rêves de devenir le prochain Marcus Miller c'est encore plus dur bien évidemment. Quand j'ai vu Mohini Dey en vidéo au Namm 2018... j'ai essuyé la bave qui me coulait de la bouche tellement j'étais sur le cul et puis j'ai pas arrêté de taffer ma basse plus de 5h heures par jour pendant toute une semaine (ah la motivation). Bref en gros la faut être le meilleur des meilleurs et avoir beaucoup de bol. Et puis pour la musique qui ne plait pas a tout le monde en bassiste francais connus, ou du moins avec de la notoriété et qui joue de la musique genre fusion il y a Shob mais lui déjà il fait des dates genre en Allemagne ou ailleurs car il dit lui même qu'en France la musique c'est mort. Et le gars fait quasiment tout tout seul (il doit bien y avoir des gens qui l'aide bref t'as compris l'idée).

 

Donc voila en gros si tu veux vivre de la musique en France c'est intermittence et être prêt a accepter des projets qui te plaise pas forcément. Moi j'ai eu de la chance, même mon groupe de bal j'aime car j'ai pu apprendre a jouer des trucs que j'avais jamais joué. Après c'est pas non plus ce que je préfère. Et pour l'autre groupe je kiffe. J'ai un pote chanteur intermittent qui m'a fait tout un speech sur le fait que pour être intermittent il faut être prêt a jouer des trucs que l'on n'aime pas, je pense qu'il exagère un peu t'as toujours moyen de trouver un truc que tu apprécie tout au plus. Désolé mais si je pouvais vivre tranquille en jouant du Calogero je préfère encore livrer des pubs, c'est ma mentalité.

 

Voila j'ai fini mon pavé!

 Belle expérience et belle description ! 

après moi jouer pour des gens qui me plaisent moyen c'est encore plus un défi en essayant mon petit quelque chose et peut être qu'un jour, quelqu'un se dira elle est badass cette ligne de basse sur chanson de Maitre gims ! (un exemple parmi tant d'autre)

0
0
#17
02/06/2018 17:45:11
?
tartine
?
pat

le sujet a était abordé souvent , faut juste retrouver  le titre du sujet  ou rapprochant  avec le fonction recherche ..  

 

vite fait comme ça

 

https://www.slappyto.net/Forum-Basse/Topic-Basse.aspx?id=9395 #!

 

https://www.slappyto.net/Forum-Basse/Topic-Basse.aspx?id=11495

 

vivre de la musique ?  ça reste vaste  ,  faire du baluche , donner des cours  , se faire les pianos bars qui payent encore   etc...  

 

j'ai tenté le truc , il y a fort longtemps  ,  ce que j'ai pu remarquer , c'est que via  une école  , tu rencontre du monde , via cette école  tu vois que le grattin   reste dans un  cercle " familial "  ,  que même en ayant fait berklee , tu pouvais jouer dans une pizzeria  , que les écoles   te forme , mais il faut du talent pour se faire remarquer  ..  taper le bœuf sur paris ,  était tout sauf de la musique avec des musiciens   etc...

 

donner des cours ?   faut un bon   recul sur les choses , et avoir du bagage coté  groupes  ..

 

sinon ,  donner des cours , et humainement   terrible  ...  ça fait effectivement poser des questions  , ou ça fait faire des tilts  , après , si on te demande à quoi sert de bosser les modes , faut avoir la réponse   

 Oui mais je préfère une réactualisation, le milieu change, les lois changent, les ambitions et le marché également d'ou mon poste !

?

 mais , tu as raison  ...  perso , je trouve que c'était plus simple avant  ,  pas mal de pianos bar (payants)  , pas mal de magasins  proposant des cours ,   plus d'écoles  (  pas besoin d'avoir un nom qui ronfle bien  si les profs ne valent pas  tripette )  .... 

j'ai décroché trop longtemps  , je regarde , je lis , mais pas simple  , je ne semble pas être le seul dans le coin à se poser la question  ... le bouche à oreilles était bien aussi ... pour le domaine professionnel ,

c'était  assez fermé  , et les contacts étaient importants  pour ouvrir les portes , mais fallait le niveau qui va bien , sinon , tu acceptais tout  , et 2% des projets voyaient le jour , " tu veux monter un répertoire pour une croisière ? "  un peu mon neveu   ...

l'école , elle aussi pouvait avoir des coups de fils  , telle  jolie artiste cherche bassiste , ça te dit ? bin non , j'aime pas les blondes   ...   tiens M Sard....  cherche un batteur  , et tu voyais ton pote trembler comme une feuille    ...  ou ton batteur  qui grâce à son prof , c'est fait Bercy avec john.....

ou un autre qui prenait des cours avec le batteur  de JJ Goldm....  forcément  si tu es bon , tu pouvais avoir des ouvertures  ..   bref faut pas lâcher le morceau  ....

à se sujet  , j'ai connu un bassiste assez extra ordinaire , il avait failli louper son audition derrière  une artiste connue , il ne savais pas lire , sa chance est qu'elle est passée à ce moment là , et à dit laisse le jouer , et il a fait la tournée avec  ,  il s'est mangé des cours de solfège  après  ....

 

bref ,  faut pas lâcher , même si c'est pas le monde des bisounours parfois  ...   

 

ps:  un petit coté nostalgique  mon post , désolé  

0
+1
#18
12/06/2018 16:53:49

entièrement d'accord avec Helio. pour connaitre des musiciens pro (en classique) dans ma famille, c'est une vie difficile. après c'est un choix: tu risques de galérer financièrement une bonne partie de ta vie, mais en contrepartie tu vis de ta passion, ce qui n'est pas donné à tout le monde. idéalement faut te trouver une femme riche.  

et effectivement si le top ce serait musicien de studio ou ceux qui suivent les pro dans leurs tournées, il y a beaucoup de boulot et de chance avant d'y arriver. et passer par la case profs ou donner des cours me semble indispensable.

0
+1
#19
14/06/2018 11:48:39

il y a combien de bassistes pro qui vivent décemment en France : 10?

0
0
#20
14/06/2018 11:58:59

Je connais un tas de bassistes monstrueux, qui vivotent tout juste de leur art (e.g. ils sont forcés de faire autre chose en plus, au minimum donner des cours). Et réciproquement, quelques bassistes pros, qui ne sont pas des génies, mais qui font bien le boulot, ils sont bien organisés, ils bossent, ils ont un réseau, ils savent lire parfaitement et connaissent la théorie musicale, ils acceptent des contrats pas terribles artistiquement, etc.

0
0
#21
14/06/2018 15:55:16

Bonjour  Erix je pense qu'il y en as beaucoup plus

j'ai un ami pro qui est un poil plus vieux que moi il a laisser tombé les contrats précaires et les tournées, il est tourjours pro mais il enseigne dans une école de musique dans une grande ville et touche enfin un salaire tout les mois (ca lui fait drole) lol

et il as un sacrée CV musicale et comme mato il a une basse qu'on lui prete et une squire fender 

parce ce qu'il n'a jamais pu ce payer une basse de la mort (véridique)

et pas d'ampli il c'est toujours branché sur la table ", et je le répete c'est pas un guignol le monsieur,

d'apres lui le métier est mort ca viens pas de moi, certes il y'aura toujours des bassistes , 

mais vivre de cet art dans quelles années deviendra un vrai challenge a part l'enseignement je vois pas trop l'avenir professionnel pour ceux qui veulent ce lancer a part quelle artistes mais je pense qu'il ya en 200 et 300 bassiste qui doivent vivre mais on a aucune statistique ca serais intéressants de savoir, si qq a l'info ?,

et puis maintenant les requins de studio on les comptes sur les doigts de la main puisque c'est entre pote on n'appel que le bassiste qu'ont connais pour enregistrer "généralement"

effectivement préparer vous les jeunes bassistes à souffrir coté financier mais quel plaisir de vivre de ca passion, comme j'ai lut effectivement il faudrait une compagne riche mais comme tu sera rarement a la maison a cause des tournées ca va etre chaud..

en tout cas chapeau a ceux qui ont le courage de ce lancer

 

 

 

 

 

0
0

En Live

Crossover vient tout juste de rejoindre la communauté Slappyto. Bienvenue ! il y a 1 heure
Pat et misterléo35 ont commenté le topic [FODERA magicien, usurpateur ou genie de la basse ?] de zicdan il y a 2 heures
Pat a voté pour le message de misterléo35 il y a 2 heures
Guillaume B vient tout juste de rejoindre la communauté Slappyto. Bienvenue ! il y a 3 heures
Noobigamingfr vient tout juste de rejoindre la communauté Slappyto. Bienvenue ! il y a 10 heures
Yohann, Ours02 et dubwise ont commenté le topic [vent ou echange squier vm pj 200e] de dubwise il y a 14 heures
Julien.fidon a commenté le topic [Vends Ibanez Sr1200] de bassta il y a 1 jour
Julien.fidon vient tout juste de rejoindre la communauté Slappyto. Bienvenue ! il y a 1 jour
Radzivil, briciu et tinmar1011 ont commenté le topic [Jazz Bass Lakland 44 60 US 2010 modèle Joe Osborn] de radzivil il y a 2 jours